La première concerne l’élection du Président.

Avant d’avancer la proposition, j’aimerais saluer Robert Racke pour le travail qu’il a accompli ces dernières années.
Robert continuera à contribuer activement au travail syndical de la Ferpa.

Mais j’aimerais lui remettre un petit cadeau personnel, et je souhaite le faire ici, devant l’Exécutif ; il s’agit d’une petite marque d’attention qu’il appréciera, j’en suis certaine, en sa qualité de collectionneur de monnaies. 
À présent, passons à la proposition.

Je vous propose Michel Devacht.
Michel Devacht a un excellent parcours d’engagement syndical en tant que militant et en tant que dirigeant.

À présent, s’il n’y a pas d’objections, passons au vote.
Michel Devacht a été élu avec 2 voix défavorables, je demande donc à Michel de prendre sa place à la présidence et lui confie la direction des travaux, même si aujourd’hui, notre tâche consistera à formuler les propositions, dont j’assume par conséquent la responsabilité.

Nous devons élire le Comité de Direction, qui sera ensuite convoqué pour le 12 novembre à 9h30. La proposition est :
Devacht Michel Président
Cantone Carla Secrétaire générale
Martinez Lopez Ana Présidente du Comité des Femmes 
De Graaf Dick FNV
Diez Merino Anatolio UJP – UGT
Douglas Ron TUC
Juhasz Lazslo MSZOSZ
Fumagalli Tino FNP-CISL
Ehsan Malik FGTB
Jasna Petrovic SUH
Siciliano Agostino UILP-UIL
Thum Werner OGB
Fabre Dominique UCR-CFDT
Welti Simone UNAR-CFTC
Le Comité de Direction est élu à l’unanimité.
La Commission Financière élue au Congrès est convoquée le 13 novembre à 9h30 pour l’élection du Président.
Les membres de la Commission sont :

Jacotay Michèle France (candidate à la Présidence)
Cola Claudio Italie
Ravicini Sergio Belgique

Comme il a été décidé au Congrès, nous devons élire le Groupe de Travail sur la discussion des Statuts, qui sera convoqué le 12 novembre à 14h30.
Nous devons éclaircir certains points sur les Statuts car la fiche qui a été envoyée n’est pas claire.

La Ferpa a des Statuts et un Règlement.

Il s’agit de réaffirmer de manière certaine la nature syndicale de la Ferpa. Les statuts de la Ferpa ne peuvent qu’être fondée sur le fait que nous sommes une organisation syndicale adhérant à la CES.

Il s’agit donc de renforcer les Statuts et de préciser les tâches et les règles syndicales, en prenant surtout comme point de référence les Statuts de la CES.
Le point de départ est la réaffirmation des valeurs du Préambule qui dit : « la Ferpa fait partie de la Confédération européenne des syndicats (CES) ».
Le Groupe de Travail fera des propositions qui seront ensuite évaluées et décidées par la Direction et par l’Exécutif.
Les noms proposés sont :
Dick de Graaf Pays-Bas (coordinateur du groupe)
Agostino Siciliano Italie
Werner Thum Autriche
Anatolio Diez Merino Espagne
Jasna Petrovic Croatie
Lajos Mayer Hongrie 
Pour la Commission des Finances : Michèle Jacotay, France
Pour la Commission des Femmes : Jeaninne Martin, Belgique
Naturellement, tant le Secrétaire général que le Président participent de droit lorsqu’ils l’estiment nécessaire.

26 octobre 15h00
Carla Cantone, Secrétaire générale
Re-bonjour. Ce matin, nous avons fait les choix d’organisation pour le poste de Président, pour la Direction et pour les Statuts.

Aujourd’hui, j’aimerais avant tout reconfirmer le programme que je vous ai présenté au Congrès de Budapest lorsque vous m’avez élue, et bien entendu, nous devons être cohérents avec la résolution politique du 7e Congrès, résultat d’une importante discussion de l’Exécutif précédent.

Le document général constitue notre ligne d’orientation, mais nous devons programmer notre travail, un programme à moyen-long terme et donc les priorités nécessaires pour mener à bien les stratégies déjà décidées les années précédentes, mais en regardant devant nous, notamment en visant de nouvelles stratégies.
Les stratégies de la CES et de la Ferpa doivent viser la réalisation d’une Europe meilleure pour tous les citoyens et donc également pour les retraités et les personnes âgées.

Une Europe sociale basée sur les droits universels de citoyenneté comme : la dignité, la démocratie, la liberté, la justice sociale, le travail et le respect de la mission de dialogue social entre les représentations syndicales et institutionnelles.
Une Europe sociale et du travail comme l’ont indiqué le Congrès de la CES et le Congrès de la Ferpa.
Une Europe meilleure pour les hommes, les femmes, les jeunes, les enfants et les personnes âgées.
Nous devons donc nous fixer des objectifs et des stratégies précises à moyen et long terme qu’il nous faudra réaliser en deux étapes :
1. avant l’assemblée de mi-mandat ;
2. avant le prochain Congrès.
Nous le ferons ensemble, en discutant et en participant tous aux choix que, tour à tour, nous ferons au sein de l’Exécutif, de la Direction, des Commissions, des Groupes de travail.
Mais surtout le rapport avec la CES, en participant à chaque réunion, en construisant ainsi notre demande de pleine reconnaissance du rôle de la Ferpa au sein de la CES.
Nous ne sommes pas un syndicat indépendant. Nous sommes un syndicat affilié qui doit être pleinement reconnu dans tous ses aspects par la CES.
Cela fait 8 ans que la Ferpa le demande. Si nous n’avons pas eu de résultats, la responsabilité en incombe à chacun, nous y compris.
Nous devons donc rendre plus productif le travail de la Ferpa, ici à Bruxelles, mais également renforcer le Syndicat des retraités dans chaque pays, et dans chacune de ses formes, car, comme vous le savez, le modèle d’organisation n’est pas partout identique ; même le modèle d’adhésion, d’inscription au syndicat diffère de pays à pays.

Nous organiser, être présents, nous mobiliser pour la défense des personnes que nous représentons, conquérir des adhésions syndicales à nos organisations.
J’insiste sur ce point car les conséquences seraient graves si nous en sous-estimions l’importance.
Si nous le faisons, même la Ferpa, au sein de la CES et en Europe se renforcera et gagnera en autorité vis-à-vis de la CES, de la politique, de ceux qui doivent considérer la Ferpa comme une organisation reconnue et respectée.
Nous devons convaincre les pays aujourd’hui exclus en raison de leur choix à adhérer à la Ferpa. Nous devons nous fixer pour objectif de représenter tous les pays, en convenant des modalités les plus utiles pour atteindre l’objectif et permettre à chaque pays de se reconnaitre dans la Ferpa.
Conquérir de l’autorité syndicale, signifie avoir le pouvoir et la possibilité de mener à bien les politiques sociales, d’exercer les droits et de satisfaire aux besoins des retraités et des personnes âgées.

Nous devons donc construire une unité forte entre les retraités et les personnes âgées d’Europe, qui constituent aujourd’hui plus d’1/4 de la population et qui en constitueront 1/3 en 2030. Ce sont là des millions de personnes, une multitude d’individus, une force énorme qui a besoin d’être représentée pour combattre ceux qui veulent affaiblir l’État social, les systèmes de protection sociale dans chaque pays.
Le vieillissement actif est un thème important qui doit être repris.
Comme vous le savez, j’ai programmé des rencontres avec toutes les organisations syndicales des pays qui adhèrent à la Ferpa.

À ce jour, j’ai rencontré les représentants de 3 pays, 5 rencontres sont programmées, et j’aimerais définir, ce jours-ci, les rendez-vous avec les pays manquants.
J’ai l’intention d’organiser des rencontres avec chacun d’entre vous et de terminer avant la fin mars 2016.

Ces rencontres n’ont pas été et ne seront pas de nature bureaucratique, mais porteront sur notre engagement syndical, sur les problèmes des personnes âgées et des retraités.
Je souhaite vous rencontrer dans les différents pays au moins une fois par an. 
Je souhaite en outre programmer avec l’aide de la CES et avec votre aide, des rencontres avec les pays qui n’adhèrent pas à la Ferpa.
Les pays de l’Europe du nord, les pays baltes et d’autres encore.
Cela ne sera pas simple, mais je veux essayer.
Aujourd’hui, j’aimerais aborder deux plans de travail :
1. organisationnel
2. politique et syndical.

Le plan de travail organisationnel 
En ce qui concerne la Ferpa actuelle, j’ai besoin d’une bonne connaissance. Par conséquent, pour mieux l’organiser, il ne suffit pas d’avoir les noms des personnes qui font partie des organismes (Exécutif, Direction, Comité des Finances, Comité des Femmes)

Les noms et les organisations ne suffisent pas, j’aimerais connaître les responsabilités qui sont les vôtres dans vos pays. Les responsabilités actuelles.
Si je le demande, c’est pour de bonnes raisons. Il faut respecter la composition des organismes et les participants doivent être désignés par leurs organisations syndicales. L’on ne participe pas à titre personnel, mais dans le respect du Règlement de la Ferpa. Trop de changements lors de chaque réunion n’apporte rien de bon, il faut de la continuité dans les présences.
Je vous propose les engagements suivants :
1. vous avez reçu une fiche dans laquelle je vous demande des informations très détaillées. Je vous prie d’être précis et minutieux.
2. J’aimerais des informations certaines sur le paiement des cotisations de vos organisations confédérales à la CES. Bien entendu, les cotisations qui concernent les retraités et les modalités de celles-ci.
3. Connaître d’éventuels accords avec les catégories des actifs sur l’inscription au syndicat des retraités qui mettent un terme à leur activité professionnelle.
4. La Ferpa, en la personne de son Secrétaire général, s’engage à réactualiser son site, devenu inutile car non mis à jour.
Le site est la carte de visite, d’identité. Beaucoup d’entre vous m’ont fait remarquer cette situation. Vous avez raison. Il faut le reconstruire. Je cherche actuellement des volontaires en Italie qui s’engageront à travailler gratuitement sur le site.

Malheureusement, le coût constitue toujours un problème. Mais j’essaierai de le résoudre. Je suis en bonne voie de le faire. 
Second plan de travail : politique et syndical 
Sur le plan politique et syndical, je propose les points suivants :
1. Je vous demande de m’envoyer avant le mois de décembre un court rapport ou des fiches qui résument la situation des retraités et des personnes âgées dans vos pays en ce qui concerne :
-  le système des retraites, des soins de santé et de la sécurité sociale, la problématique de la dépendance.
-  une note sur d’éventuels accords syndicaux avec les gouvernements de vos pays, ou, en tout cas, les demandes.

2. La Ferpa ici à Bruxelles doit dépasser le peu de visibilité et le peu d’influence qu’elle a vis-à-vis de la CES et du Parlement européen.
J’ai participé le 20 octobre dernier à la première réunion du Groupe de protection sociale sur le système des retraites et sur le rapport avec la Commission européenne.
Je suis intervenue, je me suis présentée, j’ai soutenu que la Ferpa veut participer à chaque initiative.
J’ai convenu avec Montserrà Miro que nous devons toujours nous rencontrer et travailler ensemble.
3. Nous devons favoriser des échanges entre pays et des rencontres bilatérales. J’essaierai de les organiser.
4. Nous devons rencontrer les organisations sociales de volontariat et de coopération qui s’occupent de personnes âgées, mais en distinguant et en séparant toujours les rôles, les tâches et les fonctions. 
La Ferpa est une organisation syndicale, mais nous devons les rencontrer en respectant notre et leur autonomie. Les rencontrer est utile.
5. Nous devons relancer l’ICE pour les personnes âgées et fragilisées ; nous en reparlerons avec Henri demain matin.
6. Nous devons reprendre la charte pour les droits des personnes âgées. J’aimerais élaborer une affiche qui soit visible dans tous les pays.
7. Nous devons programmer une rencontre avec les jeunes de la CES pour combattre avec eux ceux qui veulent le choc intergénérationnel.
8. Nous devons mener à bien, avec plus de force les projets de la Commission des Femmes, aussi bien ceux déjà adoptés, que les nouveaux projets. Nous en parlerons demain lorsque nous élirons la nouvelle Présidente.
9. Je pense personnellement que nous devons entamer chaque année une campagne en faveur des retraité(e)s, des personnes âgées. Choisir un thème.
La crise a créé beaucoup de pauvreté, on dénombre plus de 50 millions de pauvres, dont la plupart sont des personnes âgées et des enfants.
Je pense personnellement qu’une campagne pourrait porter sur la “pauvreté énergétique” due au froid et à la chaleur. D’autres idées, j’en parlerai avec la Direction, seront discutées lors du prochain Comité exécutif dont nous prévoyons qu’il se tiendra les 3-4 mars 2016.

J’ai certainement oublié l’un ou l’autre point, que je vous prie de me suggérer dans vos interventions ; tant sur le plan organisationnel que politique, tous ces projets sont prioritaires.

C’est le minimum, non le maximum que j’entends faire.

Je m’arrête ici, car la liste est déjà très longue.
Notre véritable défi est d’engranger des résultats, même progressifs mais des résultats.

Pour cela, nous devons rechercher des alliances y compris au sein du Parlement, raison pour laquelle je vous demande de m’aider à rencontrer les parlementaires européens qui, selon vous, sont utiles, ceux de vos pays.
Vous devez me signaler et m’aider à avoir des entretiens. Bien entendu avec ceux qui respectent le syndicat.

Les politiques européennes sur les thèmes sociaux sont fondamentales et feront de plus en plus l’objet de décisions du Parlement et de la Commission européenne.
Notre travail n’a pas été facile ces dernières années et il restera difficile. Mais c’est nous et la CES qui devons tenter de le mener à bien.

Pour cela, nous devons faire en sorte que la Ferpa gagne en autorité et soit reconnue. Le défi est énorme.
Nous devons nous organiser au mieux, nous engager davantage, et surtout croire en la Ferpa.

Sans doute devons-nous modifier nos habitudes et évoluer, penser que le fait de siéger au sein des organismes de la Ferpa n’est pas une tâche administrative, ni ne constitue une mission de simple reconnaissance, mais un engagement important pour le travail que nous devons accomplir et pour le rôle que la Ferpa doit assumer.
Essayons de changer et de renforcer la Ferpa tous ensemble.